2019-03-02 17:01

Le nouvel hôte du Bois de Chênes logera à la ferme

Genolier

Le premier des deux intendants de la réserve naturelle a commencé son travail le 1er mars. Son collègue n’a pas encore été nommé.

Damien Juat fera des travaux d’entretien, de l’information et de la surveillance.

Damien Juat fera des travaux d’entretien, de l’information et de la surveillance.

(Photo: VANESSA CARDOSO)

  • Yves Merz

Damien Juat est aux anges. Ce jeune homme de 26 ans a grandi dans une maison des hauts de Genolier, avec un accès direct au Bois de Chênes. C’était son terrain de jeux. Il en connaît chaque recoin. Et le voilà officiellement chargé de veiller sur cette forêt protégée en tant qu’intendant. Mieux encore, il logera dans la ferme et accueillera les visiteurs. Le rêve, pour cet ingénieur en gestion de la nature qui s’occupe du jardin pédagogique de l’UICN à Gland et travaille à temps partiel au centre de soins pour oiseaux de la Vaux-Lierre, à Étoy.

Durant près de quarante ans, c’est Florian Meier, biologiste et militant écologiste barbu, qui a incarné le Bois de Chênes. En contrepartie du logement rustique et gratuit qu’il occupait avec sa famille dans la ferme isolée au milieu de la réserve, il effectuait divers travaux d’entretien et veillait à ce que les visiteurs respectent le milieu naturel. Les deux intendants reprendront ces tâches. Chacun est employé à 20% par la fondation et payera un loyer pour son logement rénové.

«Nous cherchions des gens avec une activité principale rémunérée à l’extérieur, qui peuvent avoir un horaire flexible, car leur travail variera selon la saison, la météo, et les activités organisées sur le site, explique Georges Richard, président de la Fondation du Bois de Chênes. Et surtout, en plus d’avoir une formation en gestion forestière et des milieux naturels, les intendants devront avoir du tact, car ils auront un rôle d’accueil et de surveillance des visiteurs, et travailleront avec de nombreux partenaires, comme les bénévoles de l’Association pour le Bois de Chênes, le Parc Jura vaudois, les forestiers, les agriculteurs, les biologistes, les gens du Canton, et j’en oublie sûrement.»

Damien Juat, qui connaît bien Florian Meier, a une idée assez claire de sa fonction. «J’ai déjà fait de nombreux travaux d’entretien en tant que bénévole au sein de l’Association pour le Bois de Chênes. Quant à mon rôle de surveillant, je me vois plus comme un informateur, quelqu’un qui donne des explications et fait de la prévention, que comme un gendarme.»

Inauguration le 6 septembre

Depuis sa création en 2014, la Fondation du Bois de Chênes s’est focalisée sur une priorité: la restauration de la ferme-château du XVIIIe siècle. Les travaux vont bon train. La date de l’inauguration a été agendée au 6 septembre prochain. La fondation espère encore récolter 300'000 francs pour pouvoir financer la totalité de la restauration estimée à 5,3 millions.

Mais les objectifs de la fondation ne s’arrêtent pas à ce projet. Elle est en charge de la gestion de l’ensemble du site, qui s’étend sur 130 hectares de forêts, prairies et marais. C’est pour se faire aider dans cette tâche qu’elle a décidé d’employer deux intendants à temps partiel, qui habiteront sur place. Damien Juat intégrera son logement le 1er avril. Son collègue, que la fondation doit encore choisir, arrivera en mai ou en juin.

Le président de la fondation rappelle qu’il n’y aura ni guichet d’accueil ni restaurant. «Le site est ouvert à tous, librement. Les intendants se tiendront à disposition pour fournir des informations ou organiser des animations. Le projet, évolutif, est encore à inventer.»

24 heures