2019-10-08 21:20

Faire le poing dans la poche et repartir

hero image

  • Karim Di Matteo

On imagine déjà le malaise jeudi soir au pupitre de la Municipalité de Vevey lors du Conseil communal. La syndique, Élina Leimgruber, et Étienne Rivier y retrouveront Jérôme Christen et Michel Agnant dont ils avaient demandé et obtenu la suspension par le Conseil d’État pour violation présumée du secret de fonction dans le contexte de ce que l’on a appelé «l’affaire Girardin». La Cour de droit administratif et public a en effet tranché en faveur d’une réhabilitation immédiate des deux Vevey Libre. Car non, a-t-elle jugé lundi, le Conseil d’État n’a pas respecté le principe de proportionnalité en prolongeant leur suspension de six mois le 26 juin, quand bien même la procédure pénale doive encore livrer son verdict.

Une baffe pour le gouvernement, empêtré dans le bourbier veveysan depuis plus d’un an

Une baffe pour le gouvernement, empêtré dans le bourbier veveysan depuis plus d’un an. Le plus dur reste toutefois à venir et il est pour la Municipalité recomposée. Les récentes conclusions de l’audit sur les effets délétères de cette crise au sein de l’administration anticipaient sur les difficultés à venir au vu des «blessures importantes» et du «sentiment d’incompréhension réciproque». Et les auditeurs d’entrevoir deux scénarios. Dans le premier, «la volonté exprimée est de recréer le dialogue», auquel cas les règles de fonctionnement du collège sont clarifiées et la syndique continue de présider (avec voix prépondérante en cas d’égalité). On y croit peu, tant la Verte est la cible de toutes les critiques de la part des Vevey Libre.

Le plan B consiste en un président extérieur, «technique et non politique» pour favoriser immédiatement la résolution des différends. Michel Renaud, nommé municipal ad interim il y a seize mois et qui termine son mandat avec le retour des deux Vevey Libre? L’expérience et la bonne cote de l’ancien municipal d’Ollon en font un papable. Un préfet, comme le préconisent la syndique et la conseillère d’État Béatrice Métraux? Quoi qu’il en soit, la balle est dans le camp des quatre protagonistes. Et les Veveysans comptent sur leur bon sens (politique celui-là) pour ne pas revenir à la case départ, celle de la guerre totale.

24 heures

Karim Di Matteo, Rubrique Vaud & Régions
Karim Di Matteo, Rubrique Vaud & Régions