2015-10-30 06:46

Un parc d’apprentissage du ski, oui, mais raccordé au domaine de la Braye

Château-d'Oex

En se montrant favorables à un lieu de formation à la glisse, les élus plaident pour le sauvetage des installations locales

L'idée d'un parc ludique d'apprentissage quatre saison séduit les élus. Surtout s'il peut être rattaché aux installations de la Braye.

L'idée d'un parc ludique d'apprentissage quatre saison séduit les élus. Surtout s'il peut être rattaché aux installations de la Braye.

(Photo: Jean-Christophe Bott/A)

  • Flavienne Wahli Di Matteo

On croyait le domaine de la Braye sorti par la petite porte, voilà qu’il revient par un soupirail. Dans le plan Alpes vaudoises 2020, le Canton avait retiré son soutien au ski à Château-d’Œx et donné une impulsion à 3,5 millions pour y créer un parc ludique d’apprentissage du ski. Ironie, c’est en planchant sur la création de cette offre que le Conseil communal a donné jeudi soir un signal fort pour préserver une installation dans la station.

Neuf conseillers communaux réunis ont aligné plus de 500 heures de travail pour évaluer toutes les manières et lieux possibles afin de développer un espace pour apprentis skieurs, panachant à l’envi installations, jeux en extérieur et intérieur, buvette, local de location du matériel, club pour enfants, possibilité de développer des activités estivales et d’entre-saison etc. (Lire encadré). L’analyse a été également chiffrée pour estimer à la fois le montant des investissements nécessaires et celui des revenus potentiels.

Aucune décision, ni conclusion ne devaient ressortir de ce rapport voué à un vote consultatif. Mais une option parmi la vingtaine envisagée s’est détachée nettement: celle d’un parc ludique quatre saisons d’environ 70 000 m2 sur le domaine de la Braye. Option jugée la plus rationnelle car moins coûteuse et générant potentiellement les plus importants revenus.

Mais qui suppose une solution viable pour pérenniser ce domaine que tout désigne comme moribond. «Il est difficile de parler de l’avenir du ski sans parler de la Braye qui est une épine dans le pied de la commune, propriétaire des actifs et des passifs, s’est inquiété Jacques Henchoz. Pour aller de l’avant, nous devons mettre en relation les deux choses. Mais a-t-on les éléments pour le faire?»

Le sauvetage est en marche

La réponse a filtré par allusions: un sauvetage se profile pour le domaine de la Braye et des idées progressent pour le maintenir en vie: «Nous avons compris que ne pouvons pas compter sur l’aide de l’Etat. Mais notre avenir est entre nos mains, a plaidé Pierre-François Mottier, membre de la commission thématique. On doit trouver des investisseurs privés, mobiliser des fonds auprès de nos résidents secondaires et ensuite on ira aussi trouver le Canton. Il faut qu’on se bouge, sinon, on est morts.» «Télé Château-d’Œx peut voir ce qu’il est encore possible de faire à la Braye, estime Véronique Jaquillard également partie prenante de la réflexion. Un parc d’apprentissage, ce serait une manière fabuleuse de renforcer l’offre, tout le monde y trouverait son intérêt de 2 à 85 ans!»

Le vote a confirmé une adhésion large à cette vision. La Municipalité a reçu le message: «Vos conclusions sont très intéressantes, a remercié le syndic Charles-André Ramseier. Nous attendons aussi le rapport de Télé Château-d’Œx qui arrivera prochainement et sera complémentaire. Sur ces bases nous espérons arriver avec de bonnes propositions.»

24 heures