2014-06-06 17:23

«Château-d’Œx joue dans la Ligue des champions»

Développement

La station est candidate au Prix européen du renouveau villageois. Elle a reçu la visite des experts ce vendredi.

Les trois experts admirent la vue depuis la colline du Temple. Au premier plan, le syndic de la commune, Charles-André Ramseier.

Les trois experts admirent la vue depuis la colline du Temple. Au premier plan, le syndic de la commune, Charles-André Ramseier.

(Photo: Jean-Paul Guinnard)

  • Raphaël Delessert

Les trois experts se sont levés tôt ce vendredi matin: leur visite de Château-d’Œx a débuté à 7h30. Jolie consolation: une heure plus tard, ils visitaient les caves de L’Etivaz et, en guise de petit-déjeuner, dégustaient le fromage qui fait la fierté du Pays-d’Enhaut.

Venu d’Allemagne, d’Autriche et de Belgique, le trio a examiné la station sous toutes ses coutures le temps d’une matinée marathon. Château-d’Œx est en effet l’une des deux communes suisses participant cette année au concours européen pour le renouveau villageois – l’autre candidat de notre pays est Twann, au bord du lac de Bienne. Au total, vingt-neuf villages prennent part à cette compétition qui sacrera dans trois mois la commune dans laquelle il fait le «mieux vivre», selon le thème de cette édition.

Et en la matière, Château-d’Œx, outre son cadre idyllique, son Festival international de ballons à air chaud et son art du papier découpé, ne manque pas d’atouts.

Sur le coup de 9h15, le jury, sourire aux lèvres et appareil photo en bandoulière, gravit la colline du Temple. Arrêt devant l’église. «A l’origine, le clocher était une tour de garde», leur explique, en allemand, le municipal Eric Fatio.

En aparté, Carlo Lejeune, l’expert belge, livre ses premières impressions. «La nature est fantastique ici et la commune me semble très active. Château-d’Œx fait partie de la Ligue des champions des villages… mais la partie n’est pas terminée.»

Elle s’annonce même rude pour le village de 3350 habitants: c’est Vals, dans les Grisons, qui avait remporté la timbale lors de la dernière édition du concours il y a deux ans. «Les experts ne consacreront peut-être pas deux villages suisses à la suite. Mais avoir été choisi pour représenter notre pays est déjà un privilège», se réjouit le syndic Charles-André Ramseier.

24 heures