2020-03-17 12:36

[Vidéo] Cérémonie en tout petit comité pour Christelle Luisier

Politique

La libérale-radicale payernoise a été assermentée ce mardi matin. Avec seulement 10 personnes, à cause de l'épidémie de coronavirus.

Retransmise en vidéo sur le site de l'État, la cérémonie s'est déroulée sans public.

  • Mathieu Signorell

Face à la pandémie, Christelle Luisier n'était entourée que de neuf personnes ce mardi matin pour sa cérémonie d'assermentation dans une salle du Grand Conseil quasi vide. La Payernoise deviendra officiellement conseillère d'Etat ce mercredi et son assermentation était retransmise en direct sur internet.

Celle-ci aurait dû avoir lieu devant une salle comble, remplie de près de 150 députés, avec les six conseillers d'État en fonction, le chancelier, le secrétariat du Grand Conseil, des huissiers, des journalistes et du public. Mais les règles édictées par le Conseil fédéral et le Conseil d'État ont eu raison de ce programme.

Au final, seules 10 personnes étaient donc présentes: Christelle Luisier elle-même, un huissier en tenue d'apparat verte et blanche, Sonya Butera (première vice-président du Grand Conseil), Nuria Gorrite (présidente du Conseil d'État), Vincent Grandjean (chancelier de l'État), Igor Santucci (secrétaire général du Grand Conseil), et quatre députés.

«Au 10e plan derrière les soucis de la population»

La Payernoise a promis, avec la main droite levée, d'être notamment fidèle à la Constitution, de protéger les droits du pays et d'avoir toujours la justice devant les yeux.

«Je suis heureuse que cette assermentation ait pu avoir lieu, a expliqué la nouvelle ministre après la cérémonie. Je suis très motivée et ce moment solennel reste un moment fort pour moi. Mais je me rends compte qu'il passe au dixième plan par rapport aux soucis actuels de la population.»

«Nous sommes là et les institutions fonctionnent»

Pour Nuria Gorrite, qui s'est exprimée durant la cérémonie, cette assermentation représentait aussi un «message» aux Vaudois en plein épidémie de coronavirus: «Nous sommes là et les institutions fonctionnent.»

La retransmission vidéo a été effectuée par la société privée Sonomix, qui s'occupe également de celle des séances plénières du parlement vaudois.

24 heures