2019-06-05 19:26

Un coup de poker impossible à perdre

  • Sylvain Muller

En 2006, Richard Chassot est reconverti dans les assurances, lorsque le détenteur des droits du Tour de Romandie lui propose de reprendre l’organisation de la grande course cycliste. L’ancien coureur se remémore alors le temps où il attaquait sans cesse, laissant le peloton derrière lui, «juste pour voir». Il relève le défi, abandonne son métier et crée sa société Chassot Concept SA, avec le succès qu’on lui connaît.


A lire:Le Comptoir helvétique vise 120 000 visiteurs


En novembre dernier, son téléphone a sonné dès l’annonce de la fin du Comptoir Suisse. «C’est toi qui dois reprendre ça», insistaient déjà quelques copains vignerons. Le temps de la réflexion a été à peine plus long. Passionné de vin, grand amateur de convivialité et nostalgique des grandes années du Comptoir, Richard Chassot s’imposait en effet comme l’homme de la situation. À la fois sentimental et impulsif, l’organisateur a vite plongé… sous le regard inquiet d’une partie de son entourage professionnel et de ses connaissances. «Tout le monde me demande pourquoi je fais ça, rigole-t-il d’ailleurs. Mais j’y crois et ça me fait sortir de cette routine que je crains tant. En tout cas, ce projet a d’ores et déjà donné un énorme coup de boost à toute l’équipe.»

«Avec son aisance relationnelle, sa proximité humaine et sa force de conviction, l’homme semble en effet être un des rares capables de relever ce défi»

Avec son aisance relationnelle, sa proximité humaine et sa force de conviction, l’ancien compétiteur semble en effet être un des rares capables de relever ce défi qui semble pour beaucoup perdu d’avance. N’est-ce pas lui qui a remis sur les rails un Tour de Romandie en perte de vitesse? Qui a réagi rapidement au départ du réputé salon Arvinis en créant avec succès le salon Divinum, à Morges? Ou qui vient de lancer, avec succès également et au même endroit, l’improbable salon Apéro World?

À part sur le plan financier, le pari du Comptoir helvétique n’est cependant pas si risqué: si Richard Chassot se plante, tout le monde sera plein de compassion, en rappelant que l’ampleur de la tâche la rendait impossible à réaliser. S’il réussit, il deviendra le héros de tous les amis du Comptoir.

24 heures

Sylvain Muller, rubrique Vaud et régions
Sylvain Muller, rubrique Vaud et régions