ABO+2019-04-02 09:56

La censure qui frappait «24 heures» est levée

Justice

Le tribunal avait interdit à Tamedia de «promouvoir» un livre sur Jacqueline de Quattro. Cette mesure se limite à présent à la partie publicitaire.

François Roux, avocat de Jacqueline de Quattro

François Roux, avocat de Jacqueline de Quattro

(Photo: Patrick Martin)

  • Camille Krafft

Interdiction d’informer ses lecteurs, y compris pour leur expliquer pourquoi il lui est interdit de les informer. Telle est la situation vécue par 24 heures la semaine dernière après la publication d’une annonce publicitaire puis d’un article sur «Une conseillère d’État ne devrait pas dire ça», un livre à charge consacré au bilan politique de Jacqueline de Quattro. Rédigé par l’ex-journaliste Fabien Dunand, l’ouvrage a fait l’objet le 26 mars d’une décision du Tribunal d’arrondissement de l’Est vaudois qui bloque provisoirement sa promotion et sa diffusion, y compris par tous les journaux du groupe Tamedia.