2016-07-13 20:44

Léna Mettraux a les atouts pour briller sur ses terres challensoises

VTT

Les championnats de Suisse auront lieu ce week-end sur un parcours que la talentueuse Vaudoise connaît très bien.

Championne de Suisse du contre-la-montre sur route, le 22 juin dernier, Léna Mettraux espère bien ajouter un deuxième titre national à son palmarès cette fin de semaine.

Championne de Suisse du contre-la-montre sur route, le 22 juin dernier, Léna Mettraux espère bien ajouter un deuxième titre national à son palmarès cette fin de semaine.

(Photo: Odile Meylan)

  • André Boschetti

Léna Mettraux a le sourire. A quelques jours de ces championnats de Suisse qui constituent son principal objectif de la saison, la jeune et talentueuse Challensoise de 17 ans ne semble pas souffrir de la pression engendrée par une compétition qui se déroulera chez elle, à Echallens. «Pour moi, c’est d’abord incroyable d’avoir ce bonheur de disputer une course si importante ici même. Je sais que j’aurai le soutien de toute ma famille et d’amis qui ne cesseront de m’encourager tout au long du parcours. Et comme je ne veux pas les décevoir, il y aura forcément une pression supplémentaire, mais c’est un paramètre que je gère plutôt bien en général.»

Ce moment très spécial, Léna Mettraux le prépare avec minutie depuis un an. «Le VC Echallens essaie depuis quelques années d’organiser une grande compétition de VTT, explique-t-elle, et ce n’est donc pas pour moi qu’il s’est porté candidat à l’organisation de ces championnats nationaux. D’ailleurs, je ne suis pas la seule Challensoise à briguer le titre. Dans la catégorie des U16 (cadets), Loris Rouiller a lui aussi une bonne chance de s’imposer.»

Une rivale très proche

Dans celle qui la concerne, les U19, Léna Mettraux partage les faveurs des pronostics avec Pauline Roy. La Chaux-de-Fonnière l’a d’ailleurs devancée (10e place contre 16e) lors des récents Mondiaux U19 de Nove Mesto, en République tchèque. «Malgré cette rivalité, nous sommes très proches l’une de l’autre, précise la Vaudoise. Tant sur un vélo que dans la vie de tous les jours. La semaine dernière, nous avons d’ailleurs passé une journée ensemble à Echallens, sur le parcours de ces championnats. Et si Pauline devait l’emporter dimanche, je serais contente pour elle.»

Même si ses propos sont sincères, celle qui a fêté, le 22 juin dernier à Martigny, son premier titre national lors du contre-la-montre sur route fera tout pour en ajouter un deuxième, à VTT cette fois. «Le parcours me convient bien, admet Léna Mettraux. Il est accidenté et propose de nombreuses relances. Les montées ne sont pas très longues mais éprouvantes. Il faudra donc être bien concentré pour aborder les descentes.»

Un choix cornélien

Ces chemins, la Challensoise les emprunte depuis qu’elle a demandé à son père, il y a plus de dix ans, de pouvoir l’accompagner dans ses balades à vélo du samedi. «Mon père, président du VC Echallens, m’a transmis sa passion. Et les sacrifices que je dois consentir pour progresser n’en sont pas à mes yeux. Grâce aux aménagements que me propose le gymnase Auguste Picard à Lausanne, j’ai presque tous les après-midi libres pour m’entraîner. Et même si l’année prochaine est celle du bac, je pense pouvoir garder un rythme de vie identique.»

Si Léna Mettraux a déjà bien organisé son avenir proche, elle devra ensuite opérer un choix qui s’annonce d’ores et déjà douloureux. «Je sais qu’un jour je devrai choisir entre le VTT et la route, mais j’espère que ce sera le plus tard possible. Pour l’instant, j’arrive bien à concilier deux disciplines différentes mais que j’aime beaucoup. Dans le VTT, j’apprécie la nature et le côté un peu fun de la discipline. Quant à la route, l’aspect tactique et la découverte de jolis paysages me plaisent énormément. Et je dois ajouter que le fait de gagner une course d’une échappée solitaire, comme je l’ai fait aux Pays-Bas ce printemps, procure un sentiment très particulier.»

Pour l’heure, Léna se concentre sur le présent et un week-end qui sera à coup sûr inoubliable. «Echallens a l’immense privilège d’accueillir les meilleurs vététistes du pays, qui sont aussi les meilleurs au monde, conclut-elle. Et ces sportifs de très haut niveau sont de surcroît très abordables et ouverts. J’ai passé quelques jours aux Etats-Unis avec Jolanda Neff et quelques autres et je me souviens qu’elles m’avaient donné de précieux conseils.» Léna Mettraux espère bien les mettre en pratique dimanche.

24 heures