2018-01-24 10:18

Pourquoi Lausanne a sa rue Nelson Mandela?

Signé Lausanne

Dans ma rue: la ruelle qui longe l'Eracom et l'Arsenic a été baptisée officieusement en 2013.

La plaque de bois plastifiée reprend les codes de la nomenclature des rues lausannoises.

La plaque de bois plastifiée reprend les codes de la nomenclature des rues lausannoises.

(Photo: Vanessa Cardoso)

  • Cécile Collet

Avez-vous déjà emprunté la rue Nelson-Mandela? Inutile de chercher où elle se trouve sur Google Maps, elle n’y figure pas. Baptisée officieusement en l’honneur de l’ancien leader sud-africain en décembre 2013, elle n’a jamais été adoubée par la Municipalité.

Ce sont les fondateurs de la Casona Latina, centre culturel des Amériques situé sous les rails du M1, en face d’Eracom et de l’Arsenic, qui ont choisi ce nom et auraient voulu en faire leur adresse officielle. Pour le symbole – «aucun Noir ne figure sur les plaques de rues lausannoises», déplore Juan Correa, cofondateur du lieu – mais aussi pour avoir enfin une adresse propre qui permette aux visiteurs de situer le centre.

Car historiquement, les locaux occupés par la Casona Latina étaient le sous-sol du bâtiment de l’avenue Tivoli 2, qui abritait les Imprimeries Populaires, dont la partie visible a été démolie puis reconstruite. «Quand on a trouvé ce lieu, il était vide et sans affectation. On a même mis du temps à trouver qui en était le propriétaire, se souvient Juan Correa. C’était un lieu qui n’existait pas, tout comme la rue!» Pétitions et flashmobs n’ont pas fait plier la Ville, dont l’ancien syndic, Daniel Brélaz, trouvait «injurieux» de dédier une impasse au Prix Nobel de la paix, sans compter qu’il ne voyait pas vraiment le rapport entre le grand homme et le chef-lieu vaudois.

Depuis 2013, la plaque bleue plastifiée sur du bois tient le coup. Et ses initiateurs – dont l’adresse est aujourd’hui la route de Genève 57 bis – ne perdent pas espoir d’inaugurer un jour une plaque métallique.

24 heures