2019-09-01 17:29

Delarze: «On est un peu perplexes»

Aviron

Le Vaudois visait l'or aux Mondiaux de Linz. Avec son coéquipier Roman Röösli le duo a dû se contenter d'un 5e rang, déçu à plus d'un titre.

Après une saison qui a tiré en longueur pour lui, Barnabé Delarze se ràjouit de se changer les idées avant de se plonger dans les anneaux olympiques.

Après une saison qui a tiré en longueur pour lui, Barnabé Delarze se ràjouit de se changer les idées avant de se plonger dans les anneaux olympiques.

(Photo: KEYSTONE)

  • Christian Maillard

De l'or sinon rien. Le Vaudois Barnabé Delarze associé au Lucernois Roman Röösli avaient fait de ces Championnats du monde en Autriche le gros objectif de leur saison. Après l'argent acquis l'an passé, il n'y a que le titre qui aurait comblé les vices champions d'Europe de double-scull. Mais à Linz, sur ce plan d'eau d’Ottensheim qu’ils connaissent si bien pour avoir été sacrés en M23 en quatre de couple en 2013, cela ne s'est pas passé comme ils l'avaient imaginés. A l'instar de l'autre favorite suisse Jeanine Gmelin, seulement cinquième en skiff, ce duo d'enfer a connu le même résultat, loin de leurs espoirs avoués.

Barnabé Delarze, vous étiez encore troisièmes à mi-course. Mais que s'est-il passé lors du dernier kilomètre?

Nous avions effectué une superbe saison jusqu’à maintenant et puis, il est vrai qu'entre la dernière course de Coupe du monde et ces Mondiaux à Linz, cela a tiré un peu en longueur, il y a eu un peu trop d’attente à mon goût. On aurait voulu disputer cette course il y a deux à trois semaines, on était prêts. Mais là...

Aviez-vous perdu la flamme?

Une fois que nous étions sur place, on a essayé de faire de notre mieux mais cela n’a pas été une semaine évidente. On n’a pas réussi des courses comme on avait l'habitude. On avait pourtant retrouvé confiance en demie-finale et de bons sentiments pour cette finale mais voilà. Comme nous l'avions déclaré, on partait pour l'or et rien d'autre. On a essayé, on a tout donné, relancé, attaqué, et dès qu'on a été décroché nous n'avions plus trop la force de répondre. On est un peu perplexes.

Comment étiez-vous avant le départ, trop nerveux?

Toute la semaine a été stressante car il fallait qualifier le bateau pour Tokyo en terminant dans les onze premiers. On a été plutôt médiocres lors des éliminatoires mais cela avait suffi pour passer en quarts. Après avec les demi, le niveau était dense, avec à chaque fois, un duel «coupe-gorge» où seuls les trois premiers passaient. Il y a donc eu beaucoup de pression. Même si nous faisions partie des favoris, cela restait serré. En demie, nous avions réussi à nous relâcher pour être plus décontractés. Pour répondre à votre question, on a abordé la finale avec un petit stress, mais comme d'habitude. Et une grosse envie, mais cela n'a pas marché.

Vous disiez être un peu perplexes?

Oui car on n'a pas si mal ramé comme toute la saison où on gagnait. Il faudra vraiment réfléchir pour faire quelque chose de différent.

Avez-vous le sentiment d'être partis trop rapidement?

Non car nous n'étions pas tout devant non plus, mais troisièmes à mi-course. Après, si nous avions joué la médaille plutôt que la gagne, peut-être qu’on aurait réagi différemment. Mais je le répète, pour moi, pour nous, le but était de gagner, qu’on termine troisièmes, quatrièmes ou cinquièmes peu importe, cela ne chsange pas grand chose. Je préfère n'avoir aucun regret et finir cinquième...

Les Chinois champions du monde: est-ce une surprise pour vous?

Oui, quand même. Ce n'est pas qu'ils étaient nuls non plus mais on les avait battus sans problème toute la saison. A part un succès en début de saison où aucun favori n'était présent, ils n'avaient disputé que des finales B. Et là, ils ont dominé durant toute la compétition en remportant toutes leurs courses. Alors oui, c'est plutôt surprenant.

Et maintenant qu’est-ce qui va se passer? Vous allez préparer les Jeux?

On va s'accorder deux petites semaines de repos, mais pas plus. De toute manière, en ce qui me concerne, j'ai besoin de faire du sport. Comme la saison a été longue et qu'elle a tiré en longueur, cela va être important de se changer les idées. Il sera temps ensuite de recommencer les entraînements d'automne, plus variés et plus sympas. Et comme je l'ai dit, il va falloir se poser les bonnes questions. Le niveau on l'avait clairement et tous ces gens qui se se trouvent aujourd'hui devant nous, on les avait battus cette saison. Il va falloir analyser la situation avec notre entraîneur pour voir ce qu'il faut ajuster et redoubler d’efforts pour les JO de Tokyo qui restent notre objectif principal.

24 heures