ABO+2018-07-13 17:00

Une djihadiste lausannoise témoigne depuis sa prison syrienne

Daech

Selina S. dit qu’elle a rejoint le groupe État islamique par ennui et dans l’espoir d’une vie meilleure. Aujourd’hui, elle regrette son erreur, mais pas beaucoup plus.

La vidéo ci-dessus vous présente les coulisses de cette interview.

Le sol poussiéreux du camp semble suer sous les coups du soleil. Malgré plus de 40 degrés à l’ombre, Selina S.* porte un hijab rose, contrairement aux gardiennes kurdes qui ne se protègent pas du regard des hommes. La jeune femme de 29 ans aurait aujourd’hui pu être juriste dans un bureau climatisé quelque part en Suisse romande. Elle aurait bientôt pu passer son examen au barreau. Mais Selina a choisi une autre voie et a interrompu ses études de droit à l’Université de Lausanne pour rejoindre l’une des pires organisations terroristes qui n’ait jamais existé.

24 heures