ABO+2019-01-29 12:28

A Lausanne, le djihad fascine moins les jeunes

Lausanne

La capitale vaudoise, qui vient de mettre en place un dispositif de prévention, constate une baisse des situations inquiétantes.

Le Canton s'est doté en septembre 2018 d'une helpline. Selon l'État, il est trop tôt pour faire le bilan. Lausanne note une évolution à la baisse de la volonté de partir combattre à l'étranger.

Le Canton s'est doté en septembre 2018 d'une helpline. Selon l'État, il est trop tôt pour faire le bilan. Lausanne note une évolution à la baisse de la volonté de partir combattre à l'étranger.

(Photo: LAURENT GUIRAU)

  • Philippe Maspoli

Le Canton ne souhaite pas dresser aujourd’hui un bilan de son dispositif de prévention de l’extrémisme violent, mis en place en septembre 2018. La Ville de Lausanne vient d’annoncer la création de sa propre cellule, qui se veut complémentaire à l’initiative vaudoise, dotée d'une ligne d'appel téléphonique ouverte au public (0800 88 44 00).

24 heures