2019-05-23 10:50

Un Black Sea Dahu qui ne boite pas à Monthey

Festival

Le folk des Zurichois qui montent la 3e édition d’Irreversible. Interview de la chanteuse Janine Cathrein.

Janine Cathrein, chanteuse de Black Sea Dahu.

Janine Cathrein, chanteuse de Black Sea Dahu.

(Photo: DR)

  • Boris Senff

Irreversible, petit festival montheysan sur deux jours, se démarque par son originalité avec des artistes souvent à l’écart des sentiers battus. On aurait ainsi pu vous parler du menu de samedi présentant la hype des Français d’Hyphen Hyphen ou le retour aux affaires d’Eagle Eye Cherry, fils de Don et frère de Neneh, qui rallume le sapin une vingtaine d’années après le succès de «Save Tonight». Mais la jeunesse donne plutôt rendez-vous le vendredi avec Tibz et Julian Perreta.

Sans oublier Black Sea Dahu, groupe zurichois dont le nom merveilleux donne envie de se pencher sur son destin. Alors que le premier album des jeunes aficionados folk, «White Creatures», ne date que de la fin 2018, leur single «In Case I Fall For You» comptabilise déjà plus de 2 millions de streams sur Spotify en quelques mois. Une irruption inespérée, remarquée au-delà de nos frontières (par «Libération»), et qui amuse Janine Cathrein, chanteuse à la voix profonde et songeuse.

«Cet album a une histoire particulière. Quand nous l’avons enregistré une première fois, nous avons décidé de ne pas le sortir. Quelque chose clochait. On s’est remis au travail, chacun proposant plusieurs nouvelles idées sur chaque chanson.» Au final, la bande de six repart 17 jours en studio, en Norvège, avec Gavin Gardiner du groupe canadien The Wooden Sky comme producteur. «Nous sommes arrivés avec nos propositions et le travail s’est fait dans l’échange, le dialogue. Une vraie collaboration. Quand nous avons terminé, nous savions que nous avions mis en boîte des chansons fortes, qui tenaient la route. Par rapport à l’attention que provoque actuellement l’album, cela change la donne: on se sent légitime, on y croyait!»

L’expérience des rues

Black Sea Dahu sent le vent du changement par rapport à l’époque où Janine Cathrein et ses sœurs se produisaient dans les rues européennes sous le nom de Josh – «cela apprend à s’imposer, à chanter plus fort!» Désormais, celle qui apprécie beaucoup la Suisse romande – Lausanne, Nyon – va pouvoir s’y inviter plus facilement. «Il y a encore une année, quand j’envoyais une proposition au Bleu Lézard, je ne recevais pas de réponse.»

Rien de revanchard dans la remarque de celle qui s’apprête désormais à lâcher son boulot de coursière à vélo pour se lancer dans une grande tournée d’été – Suisse, Allemagne et Autriche. «Je vais devoir faire attention à garder une activité sportive. Un jogging matinal me permettra de découvrir les villes dans lesquelles on va jouer.»

Et mieux faire connaître cet étrange animal – marin? – réputé pour avoir une patte plus courte que l’autre afin de parcourir le flanc des montagnes. «On a dû se décider rapidement, nous avions mis des noms dans un chapeau, les deux termes qui me sont restés étaient Black Sea et Dahu, une jolie légende et un terme dont j’aime beaucoup le son.»

24 heures