2020-03-18 17:54

Les chantiers de construction doivent s'arrêter

Vaud

Le Conseil d'Etat a annoncé de nouvelles mesures mercredi. Les activités économiques non essentielles sont visées.

La présidente du Gouvernement Nuria Gorrite a annoncé de nouvelles mesures mercredi en fin d'après-midi.

La présidente du Gouvernement Nuria Gorrite a annoncé de nouvelles mesures mercredi en fin d'après-midi.

(Photo: DR)

  • Emmanuel Borloz/Philippe Maspoli

«L'Etat s'arrête.» Prononcée par la présidente du gouvernement vaudois Nuria Gorrite sur le coup de 16h30, ce mercredi, la formule est à peine concevable. Voulue pour provoquer un électrochoc et rappeler une nouvelle fois la gravité de la situation, elle ne doit toutefois pas être prise au pied de la lettre. Car l'Etat ne s'arrête pas. Il réagit. La preuve avec le train de mesures annoncé par le Canton.

Dans le détail, le gouvernement annonce la fin des activités des entreprises liées aux secteurs de la construction et de l’industrie. Des secteurs dans lesquels le désormais sacro-saint respect des distances sociales est impossible.

Le Conseil d'Etat annonce une enveloppe de 150 millions comme «première réponse à l'urgence sanitaire et économique». 100 millions permettront de protéger la trésorerie des entreprises du canton, l'une des plus grandes craintes liées au coronavirus, et 50 millions seront alloués au fonds de chômage, a détaillé Philippe Leuba, conseiller d'Etat en charge de l'Economie.

Progression exponentielle

Sur le plan sanitaire, le canton de Vaud compte actuellement 117 hospitalisations en raison du coronavirus. «La courbe de progression est exponentielle, le système sanitaire risque d'être submergé si les mesures ne sont pas strictement appliquées», prévient le médecin cantonal, Karim Boubaker, ce mercredi en fin d'après-midi. Il en est de même en ce qui concerne les hospitalisations en soins intensifs: en quelques jours, elles sont passées de cinq à 35.

Ceux qui se croient à l'abri car ils n'appartiennent pas au groupe à risques - + de 65 ans, malades chroniques, etc. - se trompent. Un quart des patients hospitalisés n'appartiennent pas au groupe à risques, déclare Karim Boubaker.


Lire aussi:Chèque cantonal de 150 millions


Il rappelle qu'en Suisse, entre 500 et 1000 personnes sont testées positives chaque jour. Le pays déplore 21 décès à ce jour. Le médecin cantonal reconnaît l'existence d'une pénurie de tests. Il existe toutefois une réserve de trois jours. Plusieurs centaines de dépistage ont lieu chaque jour dans le canton. Il y a 12% de résultats positifs en moyenne.

«Nous avons une politique de dépistage plutôt large. Nous effectuons le plus de tests possibles y compris de personnes asymptomatiques qui ont des proches touchés», déclare Karim Boubaker. Alors que la politique de dépistage de la Suisse, fondée sur l'idée de ne dépister que les habitants présentant des symptômes, est sujette à controverse, le Canton de Vaud défend une politique de dépistage plus large.

Le Dr Boubaker a aussi tenu à rassurer les femmes enceintes. Elles ne présentent pas davantage de risques d'infection que le reste de la population, de même que les enfants à naître ou nouveaux-nés. En ce qui concerne l’impact psychologique du confinement, il relève que l’impact, selon les études disponibles, est modéré. Les consultations psychiatriques urgentes sont maintenues. Nuria Gorrite a par ailleurs annoncé un dispositif de soutien aux femmes battues, le confinement pouvant augmenter les tensions familiales.

Informations

Site du canton de Vaud : www.vd.ch/coronavirus Site internet de l’Office fédéral de la santé publique

24 heures