2015-06-19 21:05

L'avenir de la ferme du Bois-de-Chênes se précise

Genolier

Le projet de rénovation du bâtiment a été présenté jeudi soir au public. Les travaux pourraient débuter en 2016.

La ferme est au milieu du Bois-de-Chênes. Son accès en voiture restera interdit après les travaux.

La ferme est au milieu du Bois-de-Chênes. Son accès en voiture restera interdit après les travaux.

(Photo: Alain Rouèche-A)

  • Raphaël Ebinger

Une trentaine de curieux se sont déplacés jeudi soir à Genolier pour assister à la présentation du projet de rénovation de la ferme du Bois-de-Chênes, dont les plans seront mis à l’enquête cet été. La bâtisse subira d’importants travaux pour améliorer son isolation et son confort, qui sont aujourd’hui rudimentaires. L’intervention sera réalisée avec soin pour préserver la valeur patrimoniale de l’édifice. Au milieu de l’exceptionnelle réserve forestière, la ferme sera en outre exemplaire en termes d’écologie. L’organisation des espaces sera revue pour offrir un lieu d’accueil modeste, à destination des classes en particulier.

Zone publique

Concrètement, la zone publique sera située au rez, avec de petites salles de réunion et une pièce multimédias. Il est prévu de créer un espace pour des animaux de la ferme sous le couvert, à côté d’un abri permettant aux classes de pique-niquer. A l’étage, un appartement pour le nouveau gestionnaire du lieu sera aménagé. Il aura enfin des toilettes dans son logement. Ce dont s’est passé Florian Meier, qui y réside avec sa famille depuis des décennies. Ce dernier a décidé de laisser sa place. Au deuxième étage, des bureaux sont prévus pour des employés du Canton. Un garde forestier ou un garde-chasse par exemple pourrait y être installés.

Le fournil, de l’autre côté du chemin, sera, quant à lui, réhabilité pour permettre d’y faire à nouveau du pain lors de démonstrations, une ou deux fois par année. Les deux chambres qu’il comprend seront mises à disposition des scientifiques travaillant à l’étude du Bois-de-Chênes. Un accueil de courte durée et durant les beaux jours uniquement puisque le confort y est minimaliste.

Il manque 2 millions

Pour entamer les travaux au printemps 2016, 3 millions de francs, dont 2 millions auprès de la seule Fondation MAVA, ont été récoltés. Il manque toutefois encore 2 millions. «Nous avons des pistes auprès de mécènes», assure Georges Richard, président de la Fondation du Bois-de-Chênes, qui mène le projet. Puisqu’il paraît impossible de saucissonner le chantier, celui-ci ne commencera qu’une fois l’ensemble du budget réuni. Dans le meilleur des cas, l’inauguration du bâtiment est prévue à l’automne 2017.

24 heures