2018-12-21 10:36

À 24 ans, cette grande gueule pressée avoue être blasée

Portrait

Depuis tout gamin, Loïc Hautier, le président de la nouvelle Fédération des contribuables se précipite par besoin de reconnaissance

«Oui, je suis un peu blasé… C’est en partie dû au fait que j’ai l’impression d’avoir un peu fait le tour de certaines choses, comme la politique.»

(Photo: Florian Cella)

Après cinq ans de politique partisane, Loïc Hautier en a déjà marre. On imaginerait en lui un jeune libéral-radical aux dents longues, qui veut faire sa place dans le parti avec son mètre nonante et sa «grande gueule», comme il le dit. Mais non. Il s’est frotté à la politique à 19 ans, au Parti libéral-radical (PLR). Mais arrivé à 24 ans, il le jure: apparaître avec une étiquette politique, c’est fini. On le verra encore dans les médias comme un «libéral sûr de lui», mais plus sous le label d’un parti. «Je reste évidemment membre du PLR, mais je m’éloigne un peu de la bataille partisane.»