ABO+2019-04-25 21:06

La pression s’accentue sur le procureur de la Confédération

Affaire FIFA

On saura début mai si Michael Lauber a menti à l’Autorité de surveillance du Ministère public. Sa réélection à son poste est en jeu.

Michael Lauber n’a pas pleinement respecté le Code de procédure pénale suite à ses deux rencontres informelles avec le patron de la FIFA, Gianni Infantino.

Michael Lauber n’a pas pleinement respecté le Code de procédure pénale suite à ses deux rencontres informelles avec le patron de la FIFA, Gianni Infantino.

(Photo: Keystone THOMAS HODEL)

  • Arthur Grosjean

  • Berne

«C’était une faute.» Hanspeter Uster, président de l’Autorité de surveillance du Ministère public de la Confédération (AS-MPC), a fini par lâcher le mot jeudi à Berne lors de sa présentation annuelle. Il considère que le procureur général du MPC, Michael Lauber, n’a pas pleinement respecté le Code de procédure pénale suite à ses deux rencontres informelles avec le patron de la FIFA, Gianni Infantino. Il aurait dû consigner par écrit ces deux entretiens. Une enquête est encore en cours sur une éventuelle 3e rencontre secrète entre Lauber et Infantino. Si elle est avérée, elle pourrait coûter son poste à Lauber car il a nié qu’une telle rencontre ait eu lieu.

24 heures