ABO+2019-02-09 08:12

Pourquoi la recherche ne sait pas peser sur le débat politique

Suisse - UE

Cinq ans après le vote du 9 février 2014, la place scientifique reste prise en otage des relations tendues avec l’UE. Et si le monde politique ne s’en préoccupe guère, ce n’est pas un hasard.

L’EPFL compte 262 projets cofinancés par l’Union européenne.

L’EPFL compte 262 projets cofinancés par l’Union européenne.

(Photo: Keystone)

  • Emmanuel Borloz et Lise Bailat

C’était il y a cinq ans, jour pour jour. En acceptant l’initiative de l’UDC «Contre l’immigration de masse», les votants plongeaient le pays dans une période d’incertitudes dans laquelle la recherche suisse a fait les frais d’une mesure de rétorsion de Bruxelles. Durant plus de six mois, les hautes écoles du pays ont été exclues du programme de recherche européen Horizon 2020, puis partiellement réintégrées jusqu’à fin 2016, égarant potentiellement un peu plus d’un milliard de francs de fonds européens dans la mésaventure.

24 heures

«La recherche n’attire aucune voix, ça les repousse»

Jacques Neirynck, ancien conseiller national
Jacques Neirynck, ancien conseiller national

«Les universités ont leur propre réseau pour faire entendre leur voix»

Yves Flückiger, recteur de l’Université de Genève
Yves Flückiger, recteur de l’Université de Genève