2015-02-17 18:30

L’Hôpital de Nyon prépare une extension massive

Santé publique

Les surfaces de l'établissement hospitalier augmenteront de 60% d'ici à 2019, selon le scénario retenu il y a une semaine par son conseil d'administration.

En 2012, le nouveau bâtiment des urgences avait été inauguré. Trois ans plus tard, un nouveau grand projet se dessine.

En 2012, le nouveau bâtiment des urgences avait été inauguré. Trois ans plus tard, un nouveau grand projet se dessine.

  • Raphaël Ebinger

L’Hôpital de Nyon n’a pas fini de grandir. Annoncé de longue date, le projet d’extension a été validé il y a une semaine par le conseil d’administration du Groupement hospitalier de l’Ouest lémanique (GHOL). Le scénario choisi est ambitieux. Il offrira 10 000 m2 supplémentaires au corps médical. Ce qui représente 60% de surface en plus qu’aujourd’hui. A titre de comparaison, le bâtiment abritant les urgences et la policlinique, inauguré il y a trois ans, ne mesure «que» 3000 m2.

Depuis plusieurs mois, toutes les possibilités d’agrandissement sur le site actuel et ailleurs ont été étudiées. Aujourd’hui, le scénario choisi est la construction d’un nouveau bâtiment de quatre étages sur le parking du personnel, côté Lausanne de l’hôpital. Le budget estimé pour mener à bien l’opération est de 66 millions de francs. L’investissement sera financé par les fonds propres du GHOL et par l’emprunt.

Au final, l’Hôpital de Nyon augmentera sensiblement sa dotation en lits de soins aigus. Aux 118 existants actuellement s’ajouteront 40 lits une fois les travaux terminés. «L’objectif est de permettre l’extension de services qui sont aujourd’hui à l’étroit», souligne Daniel Walch, directeur du GHOL. Celui d’hémato-oncologie, pour le traitement des cancers, le pôle mère-enfant, qui regroupe la maternité et la pédiatrie, ainsi que les laboratoires médicaux seront les principaux concernés. Des espaces sont aussi destinés à l’accueil du centre médico-social, qui souhaite rejoindre l’hôpital. Pour placer tout le monde et renforcer les synergies entre les services, l’attribution des locaux dans les anciens bâtiments sera certainement revue.

«Une étude des besoins a été entreprise, remarque Daniel Walch. Nous avons calculé que l’extension nous permettra de répondre à ces besoins en matière de santé publique jusqu’en 2030.» Chef de service adjoint au Service cantonal de la santé publique, Jean-Paul Jeanneret n’est pas étonné de l’ampleur du projet. «Il est clair qu’il manque des lits dans le canton et dans le district de Nyon en particulier. Il ne paraît pas déraisonnable d’imaginer une augmentation dans cette région où la population est encore appelée à s’accroître.»

Hausse de la population


Les activités du site hospitalier sont en constante progression. L’an dernier, les urgences ont dépassé les 25 000 patients pris en charge, alors que les locaux inaugurés en 2012 avaient été conçus pour en accueillir 20 000. La progression a été de 10% entre 2013 et 2014. Pour les soins aigus, cette hausse atteint 4,6%. Le budget 2015 prévoit aussi la création de 45 équivalents plein-temps pour suivre la tendance. «Ce phénomène s’explique par la hausse de la population et son vieillissement, note Daniel Walch. Mais aussi par le fait que la population nous fait toujours plus confiance.»

Restent plusieurs étapes encore à franchir avant l’inauguration de l’extension. Le projet devra être affiné avant d’être présenté au Conseil d’Etat pour validation. Un appel d’offres de type marché public sera nécessaire avant de lancer la procédure pour l’obtention du permis de construire. Au mieux, le nouveau bâtiment sera livré en 2019.

A noter que son implantation n’ira pas sans poser de nouveau la question du parking. En effet, la zone de stationnement du personnel compte 76 places, qui sont menacées. «Il faudra les remplacer, à moins de construire un bâtiment sur pilotis en dessus du parking, comme l’a fait Yverdon», souligne Daniel Walch. D’ici à dix ans, comme il a été conventionné avec la Commune, le GHOL devra de toute façon enterrer le parking provisoire nouvellement aménagé en surface le long de la route de Divonne. Le chantier suivant est donc déjà connu.

24 heures