2019-05-21 18:19

«Nous portons une attention particulière à l'espace public»

Lausanne

Responsable politique de Lausanne Jardins, la municipale Verte Natacha Litzistorf estime que la manifestation va au-delà du geste esthétique.

La municipale Natacha Litzistorf a la responsabilité politique de Lausanne Jardins.

La municipale Natacha Litzistorf a la responsabilité politique de Lausanne Jardins.

(Photo: PATRICK MARTIN/A)

  • Lise Bourgeois

En conférence de presse, ce mardi, la municipale Natacha Litzistorf a rappelé les fondements de Lausanne Jardins. Initiée en 1997 par Yvette Jaggi, la manifestation en est aujourd'hui à sa sixième édition. «Cent-nonante-et-un jardins ont été montés durant toutes ces années, dont 40 ont été pérennisés», note la municipale verte.


Lire aussi:«J'ai découvert un endroit de la ville où on est comme à Florence»


L'organisation de cet «écosystème participatif et associatif», poursuit-elle, implique de nombreux acteurs de la ville comme les TL, Lausanne tourisme, les commerçants, l'administration, le Conseil communal, les écoles, entre autres. Les communes de Prilly, à l'ouest du parcours, et de Pully, à l'est, ont été impliquées, concrétisant ainsi une «approche solidaire entre les territoires». La manifestation s'inscrit aussi, via le programme Interreg, dans celle d'Annecy intitulée Naturopolis.

La carte des installations: Cliquer ici pour agrandir

Lausanne Jardins, c'est «un laboratoire grandeur nature». «Nous y testons des aménagements et des usages de l'espace public», dit encore Natacha Litzistorf. Comment les citoyens s'approprient-ils l'espace public? Telle est la question à laquelle le politique tente de répondre, notamment dans la perspective d'une densification qualitative de la ville et d'une réponse appropriée aux problèmes qui se poseront de plus en plus avec le réchauffement climatique.


Lire aussi:Zoom sur cinq installations de Lausanne Jardins 2019


Le thème de la «pleine terre» adopté pour cette sixième édition rencontre cet «enjeu majeur»: «On voit tous les bénéfices que l'on peut retirer dans les villes de travailler à la conservation de cette pleine terre, pour l'infiltration de l'eau, pour la lutte contre les îlots de chaleur, pour la biodiversité en milieu urbain.»

24 heures