2016-10-21 22:09

Patrouilles de police contre les dealers, ça marche

Lausanne

La révolte des riverains du Tunnel contre la pression des trafiquants de drogue semble donner des résultats.

Cet été, les habitants des environs de la Riponne et de la rue du Tunnel sont montés aux barricades contre le trafic de drogue.

Cet été, les habitants des environs de la Riponne et de la rue du Tunnel sont montés aux barricades contre le trafic de drogue.

(Photo: Patrick Martin - A)

  • Alain Détraz

Au début de l’été, les habitants des environs de la Riponne et de la rue du Tunnel sont montés aux barricades contre la présence des trafiquants de drogue dans leur quartier. Banderoles aux fenêtres, ils ont manifesté leur ras-le-bol jusqu’à ce que la Municipalité nouvellement élue décide d’une rencontre, à la mi-septembre. Le résultat de cette démarche se voit dans la rue. Le nombre de patrouilles de police a été augmenté et les dealers ont disparu, constatent habitants et commerçants. Mais jusqu’à quand?

«Ça montre au moins qu’il est possible de faire quelque chose contre les dealers», se réjouit le patron du P’tit Lausannois, Stéphane Jonin. Pour lui, le dispositif mis en place par la police a été conséquent. «Il y a vraiment des effectifs, estime-t-il. Des patrouilles de deux, quelques contrôles et ça a suffi.» Du coup, la clientèle des dealers a elle aussi quitté les trottoirs de la rue du Tunnel. «C’est plus propre, on ne retrouve plus de cannettes de bière partout.» Elle aussi commerçante dans le quartier, Lella Toth a fait le même constat. «Mais maintenant il fait froid et on va retrouver tous ces gens dans les cages d’escalier», craint-elle.

«Cela en vaut visiblement la peine et nous avons prévu cet exercice dans la durée»

Si, la journée, les dealers se tiennent à distance, les riverains constatent leur retour en cours de soirée. Que se passera-t-il lorsque prendra fin le dispositif spécial mis en place par la police? Municipal lausannois en charge de la Sécurité, Pierre-Antoine Hildbrand convient que son dispositif «consomme des heures». «Mais cela en vaut visiblement la peine et nous avons prévu cet exercice dans la durée», dit-il. Le municipal ne dévoile pas jusqu’à quand les patrouilles renforcées seront maintenues: «Je compte avant tout tirer le bilan d’un mois de présence et rencontrer à nouveau les riverains.»

24 heures