2018-03-19 19:51

Les éducateurs de l’EVAM sont prêts à faire la grève

Migration

Le personnel réclame notamment le maintien de l’un des quatre centres pour mineurs non accompagnés, qui s’apprête à fermer.

Le foyer pour mineurs non accompagnés du Chasseron, à Lausanne, fermera prochainement.

Le foyer pour mineurs non accompagnés du Chasseron, à Lausanne, fermera prochainement.

(Photo: Patrick Martin)

  • Cindy Mendicino

S’ils ne sont pas entendus par les autorités cantonales, les éducateurs qui travaillent pour l’Établissement vaudois d’accueil des migrants (EVAM) feront grève. Ils en ont décidé ainsi lundi après-midi. À l’unanimité, la quarantaine de professionnels présents propose de faire grève le mois prochain et de se rendre au bureau de la conseillère d’État Cesla Amarelle, en charge de la jeunesse. Pendant cette mobilisation, les éducateurs invitent «les conseillers d’État et la direction de l’EVAM» à venir s’occuper des jeunes migrants des quatre foyers du canton.

La grogne s’inscrit dans un mouvement «qui dure depuis de longues années» mais qui se nourrit actuellement de l’annonce de fermeture d’un établissement pour mineurs non accompagnés . Il devrait engendrer la suppression de onze postes. Et péjorer l’encadrement de ces jeunes, déjà difficile à mener correctement, disent les éducateurs.

Ceux-ci exigent l’annulation de cette fermeture, et s’indignent que ce type de foyer soit moins bien doté que ceux de l’État. Ils demandent aussi des foyers plus petits, mieux dotés en personnel. Les éducateurs dénoncent aussi les inégalités contractuelles au sein de l’EVAM. Car si ces derniers bénéficient de contrats à durée indéterminée, ce n’est pas le cas de certains de leurs collègues (animateurs…) qui verront leur job repris par les éducateurs dont le foyer s’apprête à fermer. «Un sinistre jeu des chaises musicales», lâche un militant. Ils demandent aussi que leurs conditions de travail soient alignées et non inférieures au secteur social parapublic.

24 heures