2018-05-19 08:47

Les défenseurs du patrimoine auscultent les anciens moulins d'Orbe

Orbe

Alors que le Clou rouge, manifestation de valorisation de Patrimoine Suisse s'installe samedi aux anciens Moulins, le Canton songe à changer la note de l'édifice, visé par un projet de réhabilitation.

Les anciens moulins d'Orbe sont visés par un projet de réhabilitation du groupe Orllati, qui entend placer des logements et un espace culturel dans les vieux murs.

Les anciens moulins d'Orbe sont visés par un projet de réhabilitation du groupe Orllati, qui entend placer des logements et un espace culturel dans les vieux murs.

(Photo: Gilles Simond)

Ce samedi, les amoureux des vieilles pierres vont planter leur Clou rouge aux anciens Moulins Rod, à Orbe. C’est la dernière étape vaudoise du programme de sensibilisation de Patrimoine suisse, déjà passé avec succès à Vevey et à Cheseaux. «Nous voulons attirer l’attention sur des restaurations exceptionnelles ou des mises en valeur originales, explique la présidente vaudoise, Béatrice Lovis. Orbe est un exemple unique!» Au programme, vernissage, visite libre et guidée des moulins, commentaire sur l’Hôtel de Ville, visite de l’église Notre-Dame et du vieil Orbe. De 11 heures à 17 h 30.

Cette journée de sensibilisation intervient dans un contexte passablement délicat. Le bouillonnant agitateur culturel s’est vu signifier la fin de son bail, après prolongation à fin décembre 2018. Propriétaire, le groupe Orllati veut intervenir sur l’ensemble, reconstruire les parties les plus récentes, réhabiliter le reste et la partie amont dans un projet associant logement et espace culturel dans lequel l’actuel animateur du Patrimoine au fil de l’eau refuse de s’installer. «Notre projet est calibré pour cet édifice, on ne tiendra pas dans une partie, assure Pierre-André Vuitel. On s’en ira avec ce qu’on peut, la propriété intellectuelle de dix ans d’efforts et les souvenirs de tout ce qui nous a été confié par des générations.» D’ici là, il demande désormais à pouvoir rester.

D’ici là. Car, après plusieurs études de cet incroyable enchevêtrement de planchers, de turbines, de machines, de tuyaux proto-industriels et de murs médiévaux, la Section monuments et sites du Canton entend changer la note du bâtiment. De 3, elle passerait à 2. Une façon de protéger la «substance historique» et de faire désormais dépendre du Canton, et non plus de la Commune, chaque modification. Cette future décision dépend du Département des finances, est sujette à recours et devrait déboucher, espèrent les milieux patrimoniaux, sur un projet «plus conservateur» à Orbe.

«Ce patrimoine a longtemps été difficile à reconnaître, mais ces moulins commencent à avoir valeur de rareté, explique le conservateur, Ulrich Doepper. Le premier projet qui nous a été soumis ne gardait pas grand-chose de l’intérieur de l’édifice. Il va maintenant falloir l’améliorer. Certains éléments ont été conçus pour ce site: ces roues, des déversoirs à grains. Il va falloir partir du bâtiment au projet, et non l’inverse.»

Le groupe Orllati a assuré à de nombreuses reprises vouloir aller dans le sens d’un maintien de plus d’éléments possibles. «Les mesures étudiées sont celles qui seraient appliquées avec une note 2. Cela ne change rien pour nous», précise la communication d’Orllati. Un groupe de travail réunissant tous les partenaires doit être réactivé. «Nous sommes sensibles à la valeur patrimoniale de ce lieu et tenons à y apporter une attention particulière», ajoute l’entreprise, qui précise mettre prochainement à l’enquête un projet qui «fasse sens».


Le Clou rouge à Orbe, c’est ce samedi. www.patrimoinesuisse-vd.ch

24 heures