2017-07-02 17:37

La gratuité totale de l’Urbabus coûterait trop cher

Orbe

La ligne de bus perdrait la subvention cantonale si on pouvait l’utiliser sans payer. La Municipalité va relancer une étude.

Certains élus souhaiteraient que l'Urbabus assure la desserte de la zone industrielle des Taborneires, au pied de la commune.

Certains élus souhaiteraient que l'Urbabus assure la desserte de la zone industrielle des Taborneires, au pied de la commune.

(Photo: OLIVIER ALLENSPACH - A)

  • Frédéric Ravussin

Les transports publics ont tenu le haut du pavé, jeudi, à Orbe, à l’occasion de la dernière séance du Conseil communal avant la pause estivale. Les futurs horaires de la ligne ferroviaire Orbe-Chavornay ont donné lieu à quelques échanges lors de l’examen des comptes et de la gestion communale 2016, de même que la boucle du bus urbain, que certains verraient bien prolongée du côté de la zone industrielle des Taborneires. L’Urbabus est aussi revenu sur la table au moment des divers.

«Pas tout de suite et pas intégralement»

Mais la pièce de résistance de ce dossier faisait l’objet d’un point spécifique de l’ordre du jour: l’Urbabus devrait-il devenir un moyen de locomotion gratuit dès cette année? Telle est la question qui avait été posée à la Municipalité par voie de motion il y a quelques mois. La réponse apportée par l’Exécutif et acceptée à l’unanimité des élus peut être synthétisée en une phrase: «C’est une possibilité, mais pas tout de suite et pas intégralement.»

L’étude conduite par la Municipalité a mis en avant plusieurs avantages. La cité aux deux poissons deviendrait l’un des précurseurs du transport urbain gratuit, entraînant des retombées positives sur la localité. En termes de commerce, mais aussi de bien-être de ses habitants.

Toutefois, le projet se heurte à un écueil majeur: les finances. Le coût annuel de cette ligne urbaine se monte à 430'000 francs. Les différents titres de transports vendus aux 61'400 voyageurs en rapportent un peu moins du dixième, soit 40'000 francs. La Commune peut cependant encore compter sur une subvention cantonale de 70'000 francs, mais celle-ci tomberait dans le cas où l’Urbabus deviendrait gratuit. Cette contribution ne finance que les transports appliquant un tarif valable sur le périmètre de la zone Mobilis. En somme, la Commune aurait environ 120'000 francs à sortir en plus des 320'000 francs qu’elle finance déjà actuellement.

Une gratuité ciblée

Si la Municipalité juge ce coût supplémentaire trop important, elle n’en a pas pour autant classé le dossier verticalement. Elle entend en effet étudier la mise en place d’un système de gratuité partielle, qui concernerait par exemple certaines catégories de personnes, ce qui ne serait pas un frein au versement de la subvention cantonale. «On peut imaginer que les personnes qui touchent l’AVS ou les étudiants pourraient en profiter», explique le syndic Henri Germond.

Le municipal Guido Roelfstra reviendra courant 2018 devant le Conseil avec une étude qui devrait aussi tenir compte d’une offre de transport améliorée. Des périodes creuses ayant été identifiées, elles pourraient permettre la mise en place de courses «spéciales» vers les quartiers périphériques, ou les pôles d’intérêt touristique, de loisirs, d’utilité publique et commerciaux.

24 heures