2017-08-10 21:17

La candidate Isabelle Moret fait l’unanimité au PLR Vaud

Election

Après le Tessinois Ignazio Cassis et le Genevois Pierre Maudet, l’avocate de Yens-sur-Morges est aussi sur les rangs pour succéder à Didier Burkhalter.

Le PLR vaudois mise sur l’avocate de Yens-sur-Morges pour décrocher un deuxième siège vaudois au Conseil fédéral. Vidéo: ATS / Photo: Florian Cella

  • Renaud Bournoud

Les deux palmiers de la terrasse de Bourg Plage (nouvellement appelé «Grandes Roches») auraient presque donné des petits airs tessinois à la conférence de presse d’Isabelle Moret. Mais, jeudi à midi, la pluie est venue rappeler le caractère vaudois de l’événement. Le matin même, le comité directeur de la section cantonale du PLR a décidé à «l’unanimité», et sans grande surprise, de présenter la candidature de la conseillère nationale de 46 ans au Conseil fédéral.

Isabelle Moret n’a pas choisi au hasard cette terrasse sous le pont Bessières de Lausanne. Elle a obtenu sa maturité scientifique au Gymnase de la Cité, juste à côté. «Cela m’a permis de choisir mon avenir, j’ai été la première génération de ma famille à pouvoir faire des études». Le métro M2 passe, lui, juste au-dessous de cette terrasse. Une infrastructure qui représentait l’avenir du canton, lorsqu’elle siégeait au Grand Conseil. «Je me suis beaucoup investie pour que les Vaudois acceptent ce M2.» C’est donc tout naturellement qu’elle souhaite désormais contribuer à l’avenir de la Suisse en briguant un siège au Conseil fédéral. Voilà pour les symboles.

Comme le veut ce genre d’exercice, le président des libéraux-radicaux vaudois, Frédéric Borloz, a vanté les mérites de la candidate: «Isabelle Moret a des talents de persuasion indiscutables et c’est une énorme travailleuse.» Il a également rappelé que la section PLR vaudoise est l’une des plus grosses de Suisse. «Nous nous sentons donc légitimes de présenter un ou plusieurs candidats, a indiqué le président. Nous avons préféré nous rassembler derrière une seule candidature pour ne pas demander au Parti suisse de faire le choix à notre place.» Au creux de l’été, la conseillère d’Etat Jacqueline de Quattro et le conseiller aux Etats Olivier Français ont fait part de leur intérêt pour la fonction. «Ce matin, ils ont annoncé au comité directeur que suite à l’annonce officielle d’Isabelle Moret, ils étaient tous deux très heureux de rejoindre son comité de soutien.» Mais Jacqueline de Quattro et Olivier Français n’étaient pas présents au point presse du lancement de campagne de la candidate. Dans l’assistance, on pouvait repérer les membres de la présidence du parti, quelques députés, des Jeunes PLR et des Femmes PLR ainsi que des représentants de la Chambre vaudoise du commerce et de l’industrie.

Le chemin jusqu’au Conseil fédéral est encore long pour Isabelle Moret. Les sections cantonales ont jusqu’à vendredi 11 août pour proposer des candidatures au Parti suisse. La Vaudoise a déjà en face d’elle le Tessinois Ignazio Cassis, considéré comme le favori. L’outsider Pierre Maudet a lui aussi annoncé sa candidature cette semaine. Le Genevois a le handicap d’être ni une femme, ni un Tessinois, ni un parlementaire fédéral, mais il ne semble pas vouloir faire de la figuration. Il a bien préparé sa campagne. L’étape suivante est fixée au 1er septembre. Le groupe PLR aux Chambres choisira la composition du ticket officiel qu’il soumettra à l’Assemblée fédérale. Celle-ci élira le successeur de Didier Burkhalter le 20 septembre.

24 heures