2019-09-11 11:55

Forts remous autour de la faillite des thermes de Val-d'Illiez

Chablais valaisan

Richard Cohen, le président et actionnaire historique des Thermes de Val-d’Illiez, accuse les élus d'avoir mis en faillite son projet touristique.

(image d'illustration)

(image d'illustration)

(Photo: Keystone)

  • Fabien Grenon

Le centre thermal de Val-d'Illiez traverse de forts remous. Dans une lettre ouverte, Richard Cohen, le président et actionnaire historique du centre thermal de Val-d’Illiez (VS), récemment mis en faillite, dénonce notamment un «sabordage politique» et «un signal terrible pour le Valais et le tourisme». Dans sa ligne de mire: la Commune et l'Etat valaisan.

Des accusations que le président de la Commune de Val-d'Illiez, Ismaël Perrin, réfute sur toute la ligne. «Il a le sentiment que tout est de la faute de la Municipalité. Cela me choque, car la Commune s’est beaucoup investie pour aller dans son sens», confiait-il à nos confrères du «Nouvelliste».

Par ailleurs, dans sa lettre, Richard Cohen se plaint également de la suspension de la remise d’impôts dont ses sociétés bénéficiaient. Des accusations également rejetées par Ismaël Perrin arguant être dans son bon droit. Il rappelle que de tels privilèges fiscaux ne se justifient que si les activités hôtelières et thermales sont garanties. Or, le projet d'hôtel n'avance pas. Mêmes constatations du côté de l'Etat du Valais. Une décision que les Bains peuvent encore contester.

Nouveau directeur

A noter que, d'après «Le Nouvelliste», un nouveau directeur a été nommé pour diriger la société d'exploitation des Bains. Il s’agit de Philippe Es-Borrat, ancien président de la Commune de Val-d’Illiez (1993 à 2012) et ancien député au Grand Conseil (2001 à 2009). Il est entré en fonction le 3 septembre.

24 heures