2017-08-22 16:43

Une seule voix pour le tourisme dans le val d’Illiez

Portes du Soleil

Les trois Communes de la vallée – Champéry, Val-d’Illiez et Troistorrents – ont fondé une SA unique, qui pilotera la stratégie régionale.

Le Valaisan Raymond Carrupt a été nommé président de Région Dents-du-Midi SA.

Le Valaisan Raymond Carrupt a été nommé président de Région Dents-du-Midi SA.

  • David Genillard

Morgins pour son offre familiale, Val-d’Illiez pour le wellness et Champéry pour accueillir séminaires et congrès. Les trois stations du val d’Illiez affirment leur identité pour mieux collaborer. «Jusqu’ici, tout le monde travaillait de son côté mais proposait la même chose, constate Luc Fellay, président (syndic) de Champéry. Il était nécessaire de se positionner plus clairement pour mieux orienter le touriste.»

Après deux ans de gestation, le rapprochement des trois Offices du tourisme est entré dans sa phase concrète mardi: la SA Région Dents-du-Midi a été portée sur les fonts baptismaux. Les Communes de Champéry, Val-d’Illiez et Troistorrents (où se situe Morgins) sont les trois actionnaires de cette nouvelle société. Son président Raymond Carrupt, auparavant président de la Chambre valaisanne de tourisme, de Chamoson Tourisme et directeur de la division romande de CarPostal, annonce que le directeur de la jeune entité sera nommé ces prochains jours. «Notre tâche sera dans un premier temps de fédérer les acteurs touristiques autour d’une vision quatre saisons. L’offre est là, mais il faudra créer des produits et de packages adaptés à nos clients.»

Egalement membre du conseil d’administration des Transports publics du Chablais, Luc Fellay veut notamment profiter de la colonne vertébrale que constitue le train Aigle-Ollon-Monthey-Champéry. «Nous disposerons bientôt d’une ligne allant de Champéry aux Diablerets. La concurrence ne se trouve pas dans les Alpes vaudoises: nous devons tout faire pour attirer le touriste dans le Chablais. Entre la Berneuse, le glacier des Diablerets ou encore la Foilleuse à Morgins, nous avons des émotions et des expériences à vendre à nos hôtes.»

24 heures